EN GUISE D’INTRODUCTION

(INCIPIT DE SOLDATA SANA, UN ALGOROMAN DE MARIO MORISI)


L’ENTRETIEN

'Soldata Sana, les Mille et une vies de Marosa Jones' est un ouvrage particulier. Mario Morisi nous a donné rendez-vous au lieu-dit Le Tournant des Deux Pierres, en plein massif des Apennins nord-occidental, entre Plaisance, Gênes et Parme.

■ LA SAGA DE MARIA ROSA JONES VA ET VIENT ENTRE TROIS LIEUX PRINCIPAUX : LES APENNINS DE PLAISANCE, BROOKLYN ET LA FRANCE, EN PARTICULIER LA FRANCHE-COMTÉ. POUR QUELLE RAISON ?

« La réponse va de soi, parce que l’héroïne est née dans la haute vallée de la Nure en Italie, parce qu’elle s’est enfuie à New York en 1922, et parce que les neveux qui ont découvert son existence en 2010 vivent en Franche-Comté. »

■ SE DÉGAGE DE VOTRE OUVRAGE L’IMPRESSION QUE LES FAITS SONT AUTHENTIQUES MAIS QUE CE QUI RESTE EST LITTÉRAIRE.

« Tout ce qui est dans 'Soldata, les Mille et une Vies' a été vécu à un moment ou à un autre. Nous avons écumé les archives, les bibliothèques, les universités ; nous avons étudié des centaines d’ouvrages concernant la région de Plaisance, le fascisme, l’émigration italienne en Amérique, la Prohibition, le racisme anti-italien, le Krach de 1929, la Grande Dépression, jusqu’à l’entrée en guerre des États-Unis et la Guerre froide ; sans oublier les relations entre l’immigration américaine et la criminalité organisée... »

■ JE VOUS POSE LA QUESTION PLUS CLAIREMENT : MARIA ROSA JONES A-T-ELLE EXISTÉ EN PERSONNE  ?

« Vous m’en demandez trop ; si le million de signes qui composent son histoire n’ont pas suffi à vous en convaincre, il existe une technologie qu’on appelle l'internet ; on y trouve tout ce qu’on veut quand on sait chercher. »

 

■ ESSAYONS D’Y VOIR PLUS CLAIR. TERRORISÉE PAR LA MONTÉE DU FASCISME, UNE GAMINE FUIT SA RÉGION NATALE ET EMBARQUE À GÊNES... ELLE ARRIVE À NEW YORK PEU DE TEMPS APRÈS QUE LES ÉTATS-UNIS ONT DÉCIDÉ DE LIMITER L’IMMIGRATION, EN PARTICULIER ITALIENNE...

« Correct. Maria Rosa quitte l’Italie au moment de la Marche sur Rome qui fait de Mussolini le Duce, elle décède en octobre 1989, date de la chute du Mur de Berlin. »

■ VOTRE OUVRAGE SE PENCHE SUR LE DESTIN D'UNE JEUNE FEMME QUI VEUT VIVRE AU PAYS "DES OPPORTUNITÉS FAVORABLES"., CE QUI N'A RIEN D'ORIGINAL.. LÀ OÙ IL SURPREND, C’EST DANS SA STRUCTURE : COMMENT VOUS EST VENUE L’IDÉE DE CE TRAIN QUI CATAPULTE LE LECTEUR AUX QUATRE COINS D’UNE DESTINÉE RACONTÉE PAR CEUX QUI L’ONT CROISÉE OU QUI ONT ENTENDU PARLER D’ELLE ?

« 'Soldata' n’est pas un livre ordinaire, c’est un "algoroman" qui s’appuie sur une ontologie de plusieurs centaines de scènes interchangeables que le lecteur-voyageur est invité à composer et à décomposer comme il le sent. Ce qui compte dans 'Soldata', ce ne sont pas tant les vies de Maria Rosa que la manière dont un nombre croissant de personnes s’en emparent et en font un corpus diversement déchiffrable. »

■ L’INCIPIT DE SOLDATA INCLUT UNE SÉRIE DE TUTORIELS, ON A L’IMPRESSION D’ENTRER DANS UN DVD, A LA LIMITE DANS  UN VIDEO GAME...

« Commençons par le commencement. L’histoire est racontée par une éditrice de biographies multi-média installée à Brooklyn. La petite-fille de l’héroïne, Amy Jones, débarque chez elle avec l’histoire de sa grand-mère ; elle est en relation avec deux cousins français qui viennent d’apprendre son existence et qui veulent en savoir plus. L’aîné – Pierre-Louis – a de l’argent ; Absentès – le cadet – du temps libre. L’éditrice prend les choses en main, forme une équipe d’étudiants chercheurs et embarque le lecteur-voyageur dans un train high tech qui va lui permettre d’assister à une chasse à la tata menée par un nombre croissant d’enquêteurs... Pas tous crédibles, il faut bien le dire. »

■ DES VIES DE MA’, DES APÖTRES, DES ÉPÎTRES, DES PROPHÈTES ET DES APOCRYPHES, LA STRUCTURE EN RAPPELLE UNE AUTRE...

« C’est osé, mais pourquoi pas... Effectivement, fasciné par le récit initial et pris par une sorte de fièvre, le Professeur et Absentès, les petits-enfants présumés de Lazare, le père de Ma’, se lancent sur les traces de cette tante dont l’existence leur est révélée lors des obsèques de leur mère... Absentès, un écrivain de polars, entraîne un éditeur italien dans l’aventure... Sollicitée et rémunérée par ses cousins français, la petite-fille de l’héroïne s’y colle également. À leur version des 'Évangiles de Ma’ ', il faut ajouter les témoignages des uns et des autres, les recherches de Biobook, la maison d’édition de la narratrice et les élucubrations des petits malins attirés par l’argent qu'on distribue aux témoins... »

■ MA’, MORTE DANS L’ANONYMAT À KENNEDY AIRPORT FINIT PAR ÊTRE L’OBJET D’INVESTIGATION DE LA PART DU FBI, DU NYPD, MAIS ÉGALEMENT DU FISC QUI LA SUSPECTE D’AVOIR EXFILTRÉ LE PACTOLE D’UN MAFIEUX DANS LES ANNEES 70 ET 80...

« C’est exact, on finit par accuser Ma’ d’avoir détourné de grosses sommes d’argent pour le compte d’une organisation criminelle... Fantasme ou réalité, c’est un ressort de la deuxième partie. »

■ 'SOLDATA SANA, LES MILLE ET UNE VIES' SE DIVISE EN DEUX PÉRIODES : LA PREMIÈRE SE PRÉSENTE SOUS LA FORME DE CE QUE VOUS APPELEZ UN ALGOROMAN. AUTREMENT DIT LES COULISSES DE L’ÉLABORATION DU LIVRE SOUS FORME DE SÉRIE TÉLÉVISÉE, DE DOCUFICTION PUIS DE DVD MULTIMÉDIA... CETTE MISE EN ABYME SE TRANSFORME EN THRILLER PSYCHOLOGIQUE DANS LA DEUXIÈME PARTIE... UN ROMAN OÙ LE TEMPS, CONTINU, EST CELUI, D’UN ROMAN CLASSIQUE : POURQUOI CETTE DICHOTOMIE ?

« En dépit de ce qu’il y paraît, 'Les Mille et une vies' n’ont rien de bien sorcier. On ouvre le livre, sa liseuse ou son DVD ; on fait la connaissance de Lana Sektor, l’éditrice ; et on l’accompagne dans une « chasse à l'homme » tout à fait classique. Migrante exemplaire – syndicaliste, socialiste et féministe – opportuniste en odeur de mafia – bohème irresponsable – mauvaise mère – malade mentale : chacun fait de Ma’ un personnage à sa mesure. C’est dans ce château des destins croisés que le lecteur-voyageur est appelé à se frayer un chemin... »

■ EST-CE QUE LA VERSION PAPIER EST ÉTUDIÉE POUR DEVENIR UN ROMAN AUGMENTÉ EN LIGNE ? EST-CE QUE CELA FAIT PARTIE DU PROJET COMME CELA EST SUGGÉRÉ DANS LE ROMAN ?

« 'Soldata Sana' « sont » un algoroman : probablement le premier littéro-film de l’histoire. Durant toutes la première partie, on peut y pénétrer par n’importe lequel de ses « wagons-chapitre ». J’ajouterai que ce principe du 'train narratif' est un hommage à 'L’Homme à la Caméra', film de Dziga Vertov sorti en 1931. »

■ CE QUI SURPREND, C’EST LE STYLE « SCÉNARIO », LES INDICATIONS VISUELLES ET SONORES, LES CONSIGNES DE TOURNAGE, LES PASSAGES « AUDIO » ET LES RÉFÉRENCES AUX SÉRIES TÉLÉVISÉES... PLUS SURPRENANT ENCORE : LES BREAKING NEWS ET LES RÉCLAMES ENTRE CERTAINS PARAGRAPHES...

« L’explication est double. On a voulu rendre hommage au John Dos Passos de 'Manhattan Transfer' ou de 'La Grosse Galette' et aux géants du 'nouveau journalisme'. Afin de mettre en évidence la folie des informations telles qu’elles nous parviennent au XXIe siècle : le cadavre d’un bébé péri en mer en sandwich entre un match de football et le cours du baril de Brent ; une interview du pape et la promo d'un tampon hygiénique tout à fait révolutionnaire.


■ LES PUBLICITÉS QUE VOUS AVEZ INSÉRÉES SERONT-ELLES PAYANTES ?

« Faites ‘Baskets d’Euripide’ puis Morisi-Franquet sur votre moteur de recherche favori : vous aurez votre réponse. 'Soldata' deviendra peut-être un modèle économique. Lisez l'interview de Russell Banks dans la revue 'America' : plus personne ne lit de roman, le romancier est une figure décrépite de la modernité, il doit s'adapter.

■ DES TUTORIELS, LA POSSIBILITÉ D’ENTRER DANS LE LIVRE PAR TOUS LES CHAPITRES, UNE CONSTRUCTION CHORALE, DES RUPTURES DE TON ET DE STYLE, UN ORDRE DIFFÉRENT DANS LES VERSIONS ITALIENNE, AMÉRICAINE OU RUSSE... UN TRAVAIL D’ARCHIVES CONSIDÉRABLE AU SERVICE D’UNE BIOGRAPHIE ÉCLATÉE... NE CRAIGNEZ-VOUS PAS DE PERDRE DU MONDE EN ROUTE ? LES ALGORITHMES SONT LÀ POUR FACILITER LA TÄCHE DES GENS, PAS POUR LA COMPLIQUER...

« Vous sous-estimez les gens. Une grosse moitié de nos contemporains ont un mode de fonctionnement mental qui date du XXe et même du XIXe... Pourtant, quand on leur propose de revoir la même bande-annonce en boucle ; lorsque les rediffusions de leurs séries télévisées mêlent l’Épisode 3 de la Saison 11 avec l’Épisode 11 de la Saison 3, ils n’y trouvent rien à redire et ils s’adaptent... Et 'Top Chef' entre un tsunami au Myanmar et un biopic de Bécassine : est-ce que ça leur pose un problème ? »


■ CE QUI SAUTE AUX YEUX DANS LA DEUXIÈME PÉRIODE, C’EST LA DÉCOUVERTE D’UNE MA’ INSOUPCONNÉE JUSQUE LÀ... N’AURIEZ-VOUS PAS PU NOUS PARLER DE CETTE MAROSA UN PEU PLUS TÖT DANS LE LIVRE ?

« 'Soldata' est un entonnoir. Il incombe au lecteur d’entreprendre sa propre distillation du personnage principal. Il n’en reste pas moins que l'on a avant tout à faire à l’histoire d’un enchantement. Comme le facteur de Pasolini dans 'Théorème', la défunte héroïne révolutionne l’existence de ceux qui veulent en découvrir le mystère... L’éditeur Stroppa perd la tête... Sa petite-fille Amy quitte New York pour la  Chine... Les Morisi sont ridiculisés... Quant à Tombs, le compagnon de la narratrice, on ignore soudain ce qu'il est devenu... »

■ TOMBS, DIT LE BOASS.... ON LE VOIT RODER COMME S’IL APPARTENAIT A UN AUTRE MONDE...

« Tim est l’ex de Lana et son associé, un cador du rock Indépendant des années 90, un intellectuel décadent qui fréquente les salles de jeux de Brighton Beach et brûle la chandelle par les deux bouts. »

■ LA MANIÈRE DONT VOUS LE METTEZ EN SCÈNE EST-ELLE UNE CONCESSION FAITE À L’ESTHÉTIQUE NOIRE US, UN MOYEN DE TENIR LE LECTEUR EN HALEINE ?

« Tim est l’enfant de New York, son incarnation. Il nous entraîne dans les décharges, sous les ponts et dans les salles de jeux clandestines. Il pompe l’énergie ambiante et l’évacue à sa manière... C’est le X-Fractor autour duquel s’échafaude un des dénouements de 'Soldata'. »

■ LA NARRATRICE OMNISCIENTE ÉTABLIT UN CONTACT INTIME AVEC LE LECTEUR AU FUR ET À MESURE DES PAGES. ELLE VA JUSQU’À...

« Que celui qui n’a jamais joui en feuilletant un livre nous jette la première pierre ! »

■ CETTE AUTRE CONCESSION... APPORTE QUOI À L’OUVRAGE ?

« 'Soldata, les Mille et une vies' pourrait être commercialisé en ligne. Des bornages et des interdictions sont prévus à terme. On pourra éviter les scènes violentes et le contenu sexuel explicite si on le désire. »

■ LE FONDS D’INVESTISSEMENT QUI ENTRE DANS LE CAPITAL DE BIOBOOK DÉCIDE D’EN FAIRE UNE USINE À SCÉNARIOS DESTINÉS AU RESEAU OLIFLIX ET À UNE COLLECTION DE SCRIPTS POUR GAMERS...

« Vous êtes fine mouche, nous avons prévu de lancer 'Soldata for ever', un univers multimédia impliquant une communauté des lecteurs. »

■ ÇA MARCHERAIT COMMENT ?

« Un questionnaire de compétence sur le livre donnera droit à un Pass. De là naîtra une communauté experte qui aura le privilège de contribuer au développement de l’algoroman. »

■ LES CONTRIBUTIONS SERAIENT DE QUEL TYPE ?

« Admis à intervenir après examen, les membres de la communauté 'Soldata' se verront proposer une cinquantaine de fourches où accrocher leurs productions : Textes. Nouvelles. Photos. Chansons. Vidéos... Si vous voulez un exemple, nous avons préparé un parcours des dangers auxquels Ma’ échappe de peu dans le roman. Douze scènes de crime qui auraient changé son destin si elle les avait traversées au mauvais moment... Que lui serait-il arrivé si elle avait été serveuse dans le restaurant de Coney Island où Joe Masseria a été assassiné par Meyer Lansky et Anastasia... Si elle avait communiqué ce qu’elle savait sur John Gotti au juge Giacalone lors d’un procès célèbre... »

■ LE BUT DE TOUT CELA ?

« Faire de la bio d’une inconnue une saga universelle et virtuellement infinie. Passer du concept d’auteur individu à celui d’auteur communauté et de 'peuple créateur'. Stimuler la fantaisie jusqu’à mettre le réel en danger. Échapper au libéral-fascisme de la réduction des choses et des têtes. »

■ UNE VERSION 2.5 DU LIVRE INTERACTIF DONT ON PEUT ÊTRE LE HÉROS...

« Le projet Soldata n’a rien d’un divertissement. Le corpus de notre algoroman est l’œuvre d’un auteur et sera le fruit d’une démarche coopérative. Les éléments rapportés : nouvelles, photos, musiques... seront des œuvres de l’esprit qui passeront par un comité de validation... Les Mille et une vies ne deviendront pas un Dazibao de type Wiki... »

■ POUR EN REVENIR À LA QUESTION INITIALE : LES GENS ET LES LIEUX QU’ON TROUVE DANS VOTRE OUVRAGE EXISTENT-ILS DANS LA VRAIE VIE ?

« Qu’est-ce que la vraie vie ? »

Propos recueillis au Tournant des Deux Pierres, à Groppazzuolo, Farini, Plaisance, Italie

 


 

 

 

 

Last Updated ( DATE_FORMAT_LC2 )