93-1001coupoles.pngabsentes.pngbaggio.pngcastor.pngcendrillon.pngcijiconstance.pngjauraitapeau.pngjeanne.pngkerguelen.pnglaboueetlesetoiles.pnglesbaskets.pnglesbavures.pngmortalamere.pngquedellmi.pngshowdedans.pngtourbillon.png
Renseignez votre email pour la Newsletter
ALSO SPRACH BULGARI

OPERATION FARFU

KERGUELEN PEINTRE SOLDAT


LE MONDE DE JEANNE...

LE BON ABBE OUTHIER

SORTI EN 2010

BIBLIO BLANCHE

MULTIPLE & INDECHIFFRABLE

BIBLIO NOIRE
LA STAMPA NE PARLA

LA PRESSE EN PARLE

OPERATION CHAPEAU

FLASHBACK NEWS

HETERONYMUS

LE PEUPLE S.A !

TOUS LES SOIRS, UN NOUVEL EPISODE !


Ce mardi 12 décembre 2017...

Le 24e épisode de la S-03 du "Peuple S.A."

" L'Abraxas de Virpenberg "

Saison 03 - Episode 23 :

Episodes précédents et contexte

Désœuvré, désorienté, le Major Garnier fait une découverte qui le bouleverse en se rendant chez l’inspecteur Xyz, un des seuls résidants du Q, qu’il considère comme fiable. Alors que cinquante centimètres viennent de paralyser les bas de la cathédrale, un seul des deux ivrognes qu’il suit rue Vignal laisse une empreinte dans la neige ! Il s’en explique avec Xyz qui le prie d’accepter un verre de Glühwein tel qu’on les prépare à Bretzelburg...

« Major, je vais éclairer votre lanterne. A présent que vous êtes sec et que le vin chaud a réchauffé votre cœur, pouvez-vous monter sur cette balance ?

— Ca sera la première fois depuis une trentaine d’années, mais bien sûr, un homme de votre qualité doit avoir une idée derrière la tête.

— Combien mesurez-vous et combien pesiez-vous la dernière fois que vous êtes allé chez un autre docteur, que vous ?

— 63 kilos pour 1 m 98, je crois. C'était avant la guerre de Rif-Raf...

Xyz a épinglé, collé, cloué, punaisé des dizaines de tableaux et de graphes dans son bureau. Il chausse ses lunettes, se penche et relève le poids du bon docteur.

— Ca donne quoi, fait le Major qui se prend les pieds dans sa gandoura détrempée...

 

THEATRE ET TEXTES

PAUVRE M. NIETZSCHE MONOLOGUE POUR UN MOURANT, TROIS PERSONNAGES ET UN PIANO

Dans un grand café de Turin, à la tombée du jour. Un petit homme propre sur lui, au grand front et à la moustache très noire, s’approche d’une adolescente en train de boire un chocolat.

 

C'ERA UNA VOLTA ROBERTO BAGGIO

Au pays de Pavarotti, on chante l’amour, la beauté, la victoire, et Roberto Baggio qui est un peu tout ça. Baggio, la chanson le dit, n’est pas un mirage. Il est réel de manière douloureuse, presque bouleversante. C’est un footballeur mais décrire Baggio comme un simple joueur de football, c’est dire que Mona Lisa est une peinture. Baggio est un créateur, un inventeur, l’interprète du plus grand art populaire du monde ”  — Michael Farber, Sports Illustrated, 1993...

 

DANS LA VILLE AUX MILLE COUPOLES

Le chihili se faufilait et jetait des langues de sable sous la porte. Du vent, toujours du vent, la saison des fous. Abou tournait et se retournait dans son lit, le muezzin allait tirer les fidèles du sommeil et la fourmilière humaine se remettrait en marche. Al-Ouadi-Souf : la « rivière de laine », un nom contaminé par Bab-el-Oued, le quartier des années de braise et de la discorde ; rien à voir avec cette oasis dans la houle de l’erg et sur la mer du temps.

 

Merci d'être passé(e)s

Multiplier les facettes, produire de la différence...

En mai 1947, dans une lettre adressée à un neurophysiologue de Prague, une des rares lettres signées de sa main, Bulgari écrit : — « Mon Dieu, qui n’en est pas un, est passé maître en la matière d’avatars et de métamorphoses. Et vous iriez jusqu’à prétendre que sa volonté de multiplier les facettes, de produire de la différence, de relativiser les aspects dominants et d’inciter la conscience à plus de modestie est irrecevable ? Vous êtes drôle à en mourir, mon pauvre Lazslo...

 

Joomla extensions by Siteground Hosting