93-1001coupoles.pngabsentes.pngbaggio.pngcastor.pngcendrillon.pngcijiconstance.pngjauraitapeau.pngjeanne.pngkerguelen.pnglaboueetlesetoiles.pnglesbaskets.pnglesbavures.pngmortalamere.pngquedellmi.pngshowdedans.pngtourbillon.png
Renseignez votre email pour la Newsletter
KERGUELEN PEINTRE SOLDAT


RECHERCHE
LE MONDE DE JEANNE...

LE BON ABBE OUTHIER

SORTI EN 2010

ALSO SPRACH BULGARI

OPERATION FARFU

BIBLIO BLANCHE

MULTIPLE & INDECHIFFRABLE

BIBLIO NOIRE
LA STAMPA NE PARLA

LA PRESSE EN PARLE

OPERATION CHAPEAU

FLASHBACK NEWS

HETERONYMUS

LES CHRONIQUES SEXAGENAIRES (VIII)

Fin 1995- Début 1996 – L'Écho du Zinc Besançon s'enracine en sortant 5 fois avant les fêtes. Ce qui fait du numéro choc de janvier 1996 la 13e parution Marseille compris.

L'apparition de ce folliculaire teigneux et ingérable émeut les politiques de tout poil car 1995 c'est l'année de l'élection de Chirac en mai, des municipales en juin et de cantonales à l'horizon, pour ne pas parler des Législatives.

En ce sens, l'EDZ tombe mal pour les petits malins car il se couvre de pub et fait un tabac comme "épisodique à tendance bimestrielle" et "journal qui n'abuse pas modérément mais donne la parole aux citoyens...

Ceux que ça peut intéresser devront se rendre à la bibliothèque de conservation rue de la bibliothèque à Besançon où tous les numéros sont consultables. Toujours est-il que l'Écho, qui tient son siège au Petit Bar, rue Chifflet, prend de l'importance et s'étoffe se faisant le porte-voix d'une belle bande de trublions. À commencer par le Dr Lebolabeau, alias Christian Max, le fondateur de "Croa", un brulot anticlérical, anticapitaliste et écologiste qu fait perdre son calme au vénéré socialiste et historien Pinard, spécimen de la gauche bienpensante catholique dans la place.

 

LES CHRONIQUES SEXAGENAIRES (VII)

Vous trouverez ci-dessous les Chroniques sexagénaires parues au jour le jour sur la page FB de l'écrivain Mario Morisi. de l'automne 87 au début de l'année 95. Le reste est en lecture libre depuis la Chronique 001... En six livraisons...

Novembre 1987 – La rue Véron, la nouvelle poésie, la nouvelle nouvelle, le Music Hall Box et les Silver d'Argent...

Le Morisi qui écrit ces lignes se demande si le Morisi d'alors avait bien fait d'abandonner le cassetin de "l'Événement du Jeudi" et le monde de la correction-révision pour courir le contrat de rewriting pour Carrere et les plans sur la comète. D’autant que ses fonctions de veilleur de nuit au pair n'étaient pas de tout repos avec des clients avinés qui sonnaient en pleine nuit et qu'il fallait hisser dans leurs chambres puis dans leur lit.

L'avantage, c'était le gain de temps et d'argent dans les transports. Étant sur place, le co-auteur des Baskets - qui prenait son petit-déjeuner avec Ammad et Zina - tombe un matin sur un journaliste d’Inter qui interviewe l'assassin de De Broglie à peine sorti de zonzon, bosse avec Franquet, puis se met en cuisine quand il y a pasta. avant d’aller voir Blank, le Tapie du Punk qui imprime son fanzine"Tepaz" à cent mètres de là tout en répétant avec ses Invendables, costarring Phil Giroud de Besac.

 

LES CHRONIQUES SEXAGENAIRES (VI)

La suite des Chroniques Sexagénaires de Mario Morisi... Sixième saison, de fin 1982 à début 1987

Automne 1982 - Ils s'appelaient Trinit', Bottom, Tronchet, Blanco, Mémèd, Post, Pt'it Miche, Toto et consorts et ils ont changé le cours de la vie du directeur de MJ Morisi

Étant né huit, dix ans avant eux, je ne les connaissais pas au moment de renouer avec la Boucle. Point commun : un esprit rebelle né du mouvement punk et l'amour du rock, du vrai, le rock de base à quatre : batterie-basse-guitare(s) et chant, ou à trois comme les Dolly Thugs de l’énigmatique Anglais.

Mais il y avait aussi les Petites Gâchettes de Pontarlier, les premiers Infidèles à Lons, et partout des purs et durs du rock 'n blues façon Dr Feelgood, The Inmates, les London Cowboys, les Shakers, Little Bob et sa Story de Rouen. Mention spéciale à Bijou, la source d'inspiration de pas mal de groupes dans le coin.

J'avais manqué la vague Transmusicales à Rennes (je vomissais Daho et les pommadés de la new et de la cold wave façon ´lumières vertes et joues creuses’ à la Nouvelle France de Dijon).

 

LES CHRONIQUES SEXAGENAIRES (V)

Comme promis, la cinquième fournée des Chroniques Sexagénaires. Pour les précédentes fouillez ci-dessous dans la home page... ou sur le FB Mario Morisi...


Automne-Hiver 1977 – ou comment le capitaine et le condottiere aux petits bras deviennent Biquette et Biquet et se font valoir dans le Souf des Oasis – leurs rapports avec les habitants, leurs élèves, les commerçants du lieu, et avec les petits profs de gauche...

 

LES CHRONIQUES SÉXAGÉNAIRES (IV)

Comme promis, la quatrième fournée des Chroniques Sexagénaires. Pour les précédentes fouillez ci-dessous dans la home page...


1975-76 – ‘Éthylisme compulsif avec appoints toxicomanogènes’ : Morisi Mario ne sautera pas sur Kolwezi et cela passe par Heathrow Airport, Paris 14e, Oslo, Stockholm, Turku, Helsinki... (1)

C’est la chemise où j’ai conservé mes premiers écrits qui me rappelle ce que j’ai vécu entre mon retour d’Angleterre et ma future traversée des Mariemontagnes.À l’époque, entre le deux-pièces de la rue Mégevand à Besançon (malédiction d’Alexandra, la propriétaire s’appelait Reine ), la rue Gamma et la Cure, j’avais pris l’habitude de m’asseoir à l’écart dans un bar discret ou sur un banc et de griffonner des idées ou des intuitions, sans doute pour me donner des allures d’artistes, pour ne pas passer pour un de ces étudiants à la dérive arrivés de chez Papa Maman mais incapables de passer leur diplôme.

La disparité, le caractère hétéroclite de ces supports (des carnets de notes quadrillés, des agendas, des cahiers de format A-4, des feuilles volantes...) documente à quel point ma vie était décousue, mais où voulais-je aller bon dieu ? Sur les traces du Mister Jones de Robert Zimmermann ? "Something is happening here but I don't know what it is" ?

 

LES CHRONIQUES SÉXAGÉNAIRES (III)

À rebours à partir du 1er août 2021 - Suivre la Parution quotidienne sur le Facebook de Mario Morisi, l'auteur.

Septembre 1975 – Quand les temps ont changé, quand le petit assistant de français en mission redevient un etcetera...

Passé l’insouciance de l’été et la quinzaine de jours dans ce que Papa appelait « nos montagnes » sonne l’heure du retour à la réalité.

C’est un étudiant médiocre qui s’inscrit en licence d’anglais et en maîtrise de philo ; un garçon comme il y en avait tant, contraint de profiter du statut d’étudiant en terme de sécurité sociale, de responsabilité civile et de tickets de resto U.

Jusqu’à Besançon qui avait changé. Fini l’après-68 et l’impression de vivre une tranche d’histoire, de participer à un grand moment. Que soient maudits ledit choc pétrolier, l’inflation qui passa de 5% à 13% en quatre ans et la musiquette giscardienne qui préfigurait les symphonies austéritaires et les sacrifices induits par la mondialisation et l'intégration européenne.

 

<< Start < Prev 1 2 3 Next > End >>

JPAGE_CURRENT_OF_TOTAL

Joomla extensions by Siteground Hosting